Elevage, sécurité alimentaire et utilisation des terres: un immense gaspillage?

Dans un article précédent, j’avais abordé la question de l’efficience des systèmes d’élevage: c’est à dire de la quantité d’aliments produits en rapport à la quantité consommée. Cet article montrait que bien que les systèmes d’élevage soient souvent inefficients, certains (notamment les systèmes laitiers) peuvent au contraire contribuer favorablement à la sécurité alimentaire.

Seulement, je soulevais en conclusion un point qui me dérangeait dans cette analyse: en évaluant l’efficience vis à vis des aliments consommés par l’élevage, on se concentre sur une ressource secondaire et on occulte donc une potentielle compétition sur la ressource primaire: les terres agricoles. Ce que je vous propose donc aujourd’hui, c’est d’analyser ce problème d’utilisation des terres. Lire la suite « Elevage, sécurité alimentaire et utilisation des terres: un immense gaspillage? »

Publicités
Article mis en avant

Contre le radicalisme du statu quo: réponse à Mathieu Bock-Côté

Mathieu Bock-Côté nous a gratifié d’une tribune (payante) particulièrement qualitative dans Le Figaro. Il commence par y dénoncer la violence des « extrémistes vegans », preuve s’il en faut du retour de la violence politique dans les sociétés occidentales. On imagine qu’il pense ici aussi au mouvement des gilets jaunes? Ceci dit, le constat me semble ici exact : la violence politique semble de plus en plus réémerger dans nos sociétés. Comme le dit M. Bock-Côté : « l’interdit symbolique l’entourant s’émiette ». Mais que tirer de ce constat? Il n’en dit pas grand-chose : il s’en sert en fait uniquement pour condamner d’avance les auteurs de ces violences, sans nous fournir la moindre analyse. Un peu facile. Ces violences devraient nous interpeller. Mais il est plus simple de se contenter de les dénoncer sans produire la moindre réflexion. On va donc essayer de s’en charger. Lire la suite « Contre le radicalisme du statu quo: réponse à Mathieu Bock-Côté »

Pensées antispécistes #1.3: Peter Singer et la sacralité de la vie

Aujourd’hui, on s’intéresse à la question de la sacralité de la vie, et plus généralement au problème de la signifiance morale de la mort. J’ai déjà expliqué dans Pensées antispécistes #1.2 pourquoi Singer considérait la question de la mort beaucoup plus complexe que celle de la souffrance, sans pour autant expliquer en quoi la mise à  mort pouvait être considérée immorale.

On entame donc la réflexion sur ce sujet en s’intéressant à une idée courante: celle que la vie est sacrée. Lire la suite « Pensées antispécistes #1.3: Peter Singer et la sacralité de la vie »

Dix protéines végétales pour une protéine animale, vraiment?

On entend très souvent dans le milieu animaliste qu’il faudrait environ 10kg de protéines végétales pour produire 1kg de protéines animales. Ce chiffre sert en général à soutenir des arguments du type « l’élevage est un gaspillage de ressources » ou encore « l’élevage contribue à la faim dans le monde ». Mais tout cela est-il bien solide? C’est ce qu’on essaie de voir aujourd’hui. Lire la suite « Dix protéines végétales pour une protéine animale, vraiment? »

Pensées antispécistes #1.2: Peter Singer et la différence entre souffrance et mort

Deuxième article de la série « pensées antispécistes ». On s’intéresse encore une fois à Peter Singer, mais cette fois plus spécifiquement à son approche de la question de la mort. C’est un sujet qu’il aborde assez peu dans Libération Animale, préférant baser son argumentation sur la question de la souffrance. Voyons pourquoi. Lire la suite « Pensées antispécistes #1.2: Peter Singer et la différence entre souffrance et mort »

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer